TARIF FORFAITAIRE DE LIVRAISON DE 10€ SUR TOUTES LES COMMANDES EN TOUT TEMPS !

L'histoire inédite derrière la chanson

L'histoire inédite derrière la chanson "Lavender Sky" - Première partie

Peux-tu croire que nous préparons déjà la sortie spéciale Vinyl Vault du 4ème des 5 vinyles lathe cut collector, qui se terminera par le fameux tirage au sort, et ce fut un voyage incroyable et significatif jusqu’à maintenant pour tous ceux qui ont eu la bénédiction d’y prendre part. C'est un privilège incroyable pour moi de vous inviter tous à découvrir les idées qui ont donné vie à certaines des chansons les plus poignantes d'Alex, mais aussi de vous guider à travers son monde créatif immersif unique en son genre, comme je le fais maintenant depuis les 2 derniers mois environ.

En fait, chaque week-end, quand ça devient un peu plus calme dans les locaux du label, j'ai maintenant l'habitude de prendre le temps de fermer la porte de mon bureau pour réfléchir à mes propres expériences et perspectives concernant la chanson présentée sur le vinyle qui sera tiré au sort, que ce soit à propos de la chanson elle-même ou des circonstances dans lesquelles elle est née, afin que je puisse avoir une meilleure idée de ce que j'aimerais partager avec toi, de ce qui, selon moi, pourrait être une tranche de vie inspirante pour toi, et peut-être un petit quelque chose de particulier à te dévoiler. Par conséquent, j'espère vraiment que tu apprécies la lecture de ces mots autant que j'aime les écrire.

C'est pourquoi je garde toujours les détails concernant le nouveau tirage au sort du vinyle à la toute fin de mes messages, car pour Alex et moi, il est impératif pour nous de garder l'aspect humain et l'essence intime de notre projet au centre même de tout ce que nous faisons, que ce soit une interview, une lettre personnelle ou même une session de loterie en direct. C'est probablement encore plus vrai pour cette chanson très unique qu'est "Lavender Sky".

Je dis unique, car j’ai toujours pensé à "Lavender Sky" comme une chanson très distincte sur "Windows in The Sky", car on a l'impression qu'elle a son propre voyage en profondeur dans le voyage déjà profond qu'est l'album en lui-même. La différence n'est pas seulement musicale, mais réside également dans le contexte dans lequel cette chanson a pris vie.

Encore une fois, si tu es nouveau dans l'univers créatif d'Alex, il faut savoir que peu importe ce sur quoi il travaille, tout commence toujours par le titre... Depuis tous les albums, EPs, projets spéciaux qu'il ait jamais publiés, que ce soit sous le nom de Your Favorite Enemies ou sa récente aventure solo, rien n'est laissé au hasard... Il voit quelque chose dans les mots que nous n'avons jamais pu vraiment comprendre pour être très honnête. Mais une fois qu'il a trouvé le titre, alors les titres des chansons suivent, les paroles peu après et finalement la musique en fleurira, devenant la bande originale de ce qu'il avait dans son cœur et son âme à partager avec le monde à travers ses paroles et ses poèmes. C'est fondamentalement comme si nous travaillions sur un film, avec seulement le nom et une vague idée de l'histoire en premier, croyant qu'Alex utilisera ensuite la musique pour relier le tout ensemble... Je crois que la meilleure façon de décrire l'ensemble du processus serait comme de marcher sur un fil de fer les yeux bandés par la même personne qui te dit de suivre ton instinct pour continuer pendant qu'il marche lui-même pas si loin devant toi. Crois-moi, certaines chutes sont meilleures que d'autres !

Il est parfois beaucoup plus difficile pour nous de créer la bande originale d'un film qui n'existe pas encore dans nos esprits, du moins pas comme cela le fait clairement pour Alex, qui a sa propre façon de se plonger totalement dans une certaine disposition émotionnelle pour ressentir, toucher, voir, entendre et goûter avant même que nous soyons capables de distinguer où nous en sommes à un certain point... Il a la capacité de découvrir des "choses" qui ne nécessitent pas une carte rationnelle pour s'y retrouver... Il n'arrête pas de nous dire : "Il s'agit juste de votre volonté à une abnégation totale de soi." Et aussi simple que cela puisse paraître pour lui de nous guider, nous savons que c'est un pèlerinage très difficile pour lui de nous montrer le chemin sans définir ni façonner l'expérience personnelle à venir dans laquelle il croit que nous sommes tous invités à nous abandonner. Ce n'est pas une tâche facile de son côté, c'est sûr, nous déterrons les nombreux stigmates d'un passé pas si lointain fait de relation dysfonctionnelle, et nous savons mieux que quiconque que nous ne pouvons pas voyager ensemble, ni aller nulle part, si nous ne voulons même pas considérer une telle invitation à nous abandonner complètement à tout ce qui nous attend individuellement... C'est toujours la clé de ce qui pourrait être ensuite partagé collectivement après.

Une partie du vrai défi est donc toujours de rester connecté d'une manière ou d'une autre, ensuite, et à chaque nouvelle étape que nous passons dans la foi nécessaire que nous devons avoir les uns dans les autres, plutôt que de suivre les mêmes choses dans lesquelles nous aimons trouver du confort... Les mêmes endroits contre lesquels Alex ne cesse de nous mettre en garde... pour que nous évitions de capituler devant nos illusions d'auto-préservation comme nous le faisions encore et encore pendant toute l'existence de Your Favorite Enemies, ce qui a incité Alex à se demander s'il voulait continuer à essayer de donner vie à l'invisible après son retour de Tanger, alors qu'il avait de nouveaux sons et mots sur son cœur à communier avec le monde. Et nous avons tous compris pourquoi. Comment peut-on parler d'affliction, d'être brisé, de blessures profondes dans le cœur, quand il faut constamment se battre avec les mêmes personnes qui sont censées ne faire qu'un avec toi ? C'est impossible, et cette fois nous savions qu'Alex ne laisserait pas les choses aller, il ne ferait plus de compromis comme il le faisait avant... et c'était sain pour moi de rester fidèle à sa vision, de me fier à son instinct.

Je me souviens quand Alex nous a dit quelques jours seulement après notre arrivée à Tanger pour lui rendre visite :

"Je sais que ce n'est pas facile de se faire face quand on n'est plus un mystère pour les gens à qui on essaie de mentir depuis si longtemps maintenant, mais nous devons tous décider de la mesure d'amour que nous sommes prêts à nous offrir mutuellement, et que cette mesure soit la même que l'honnêteté que nous nous offrons à ce moment très déterminant de notre relation... Personne n'est obligé de faire ce qu'il ne veut pas faire, mais je ne joue plus à ce jeu-là, alors voyons voir où cette première semaine ensemble depuis 2 ans nous mènera maintenant que vous savez où j'en suis... Et je ne communiquerai pas avec vous à travers des canettes sur une corde comme nous l'avons fait pendant 10 ans."

Comme j'ai commencé à en parler dans ma précédente Cult Missive à propos de "The Hunter", cette déclaration d'Alex a marqué une véritable fracture dans notre histoire collective. Ce voyage à Tanger ne serait pas une aventure estivale artificielle qui nous conduirait à revenir à ce que c'était avant... Cet Alex était parti et donc cet ensemble n'existait nulle part mais dans la résistance de quiconque à maintenir un peu plus l'illusion en vie et qu'il n'y participerait pas. C'était perturbant pour nous. Nous nous sommes soudainement rendus compte que la distance qu'il y avait entre Montréal et Tanger n'était pas seulement physique... Nous voulions tous agir de manière surprise et confuse, mais la réalité était tellement plus simple que ce que nous voulions en faire... Parce qu'à l'exception de l'appel pour les choses professionnelles que nous devions avoir tous les mois pour discuter des offres de tournée et de la date de sortie du nouvel album, qu'Alex ne cessait de repousser, personne à part Alex et moi ne parlions vraiment entre nous... Crois-moi, le temps ne guérit pas... Aucune distance n'est assez loin pour que quiconque puisse oublier, en particulier quand c'est le pardon qui est plus nécessaire que toute autre chose.

Je sais que j'ai beaucoup partagé récemment sur cette période à Tanger, à quel point cela a été crucial pour nous, et je suis désolé si tu as l'impression d'avoir déjà entendu tout cela auparavant, mais je ne pense pas qu'aucun d'entre nous puissions pleinement comprendre n'importe laquelle des chansons d'Alex si je ne vais pas en Afrique du Nord, où nous sommes arrivés les mains vides d'émotion… avant d'être régénérés.

Alors me voici, faisant une avance rapide autour de la fin de notre séjour à Tanger, en mars 2018.

À l'époque, j'avais toujours pensé que l'Afrique était un endroit très chaleureux, en particulier les pays où d'immenses déserts font partie du paysage comme le Maroc, qui abrite la majeure partie du Sahara. Beaucoup de gens à Tanger nous disaient de faire attention car il fait très froid et surtout très humide pendant la saison hivernale, mais étant Canadiens, nous pouvons en dire beaucoup sur l'hiver ! Il n'y a pas de palmiers au Canada, comme il y en a à Tanger, alors qu'est-ce qui pourrait mal tourner ?!

L'enregistrement avait lieu là où nous vivions et partagions des chambres. Nous étions huit personnes vivant dans cet endroit, sans isolation murale appropriée, ce qui nous donnait littéralement l'impression de vivre à l'extérieur, dans ce qui est maintenant considéré là-bas comme l'hiver le plus humide et pluvieux des 20 dernières années ! Nous étions gelés comme nous ne l'avons jamais été au Canada, même quand il fait -40° dehors ! Juste pour te mettre en contexte, nous en sommes à quelques mois de ce processus de guérison collective très intense, qui devenait également l'un des voyages musicaux les plus difficiles et les plus profonds dans lesquels nous ne savions même pas que nous étions engagés... Tout était intense et complexe... de la terrible météo, à l'équipement rudimentaire avec lequel Alex avait insisté pour travailler, jusqu'aux défis communautaires qui découlaient du fait d'être 8 personnes constamment ensemble dans un endroit glacial sans trop d'intimité, ainsi que de l'inquiétude profonde que nous avions pour le compagnon de l'un des amis proches d'Alex qui étaient aux prises avec une maladie foudroyante pendant presque toute la durée de notre séjour à Tanger. Disons que les chances que nous quittions cet endroit avec quelque chose qui valait la peine d'être partagé avec n'importe qui sauf nous étaient assez minces, mais c'était en quelque sorte différent de tout ce que nous avions jamais vécu ensemble avant, en tant qu'amis.

Nous étions aussi épuisés émotionnellement. Nous avons parlé de tellement de choses, revisité tellement de situations, tellement de douleurs que nous avons infligées aux autres ou qui nous ont été infligées... C'était une sorte de désintoxication relationnelle, et nous découvrions tous ce qu'Alex avait vécu d'une chanson à l'autre, une parole à la fois, à travers une fraction de mélodie et de son ici et là... C'était comme être libre du temps lui-même... Mais quand tu fais ça, tu dois être prêt à faire face à l'implication de ce que signifie être dans le "maintenant"... Avec cela vient la tension et le trouble potentiel. Nous le savions tous. C'est impossible de rester dans la fournaise en prétendant que personne ne se brûlerait, ne se retrouverait seul et incommodé par la fumée ou couvert de cendres à un moment donné. Le contraire signifierait que tu n'es pas du tout là avec tout le monde... Donc c'était parfois lourd, inconfortable au mieux à plusieurs autres occasions, mais c'était réel et nécessaire.

Je me souviens qu'on commençait à travailler sur une nouvelle chanson alors qu'il pleuvait encore dehors, comme depuis les dix derniers jours. Et quand il pleut à Tanger, toute la ville s'assombrit en quelque sorte, tout ralentit, voire cesse complètement de fonctionner, donc il n'y avait pas d'endroit où aller ou quoi que ce soit qui pourrait potentiellement aider à atténuer un peu cette pression émotionnelle. Et nous avions besoin d'un peu de répit... J'en avais besoin... Mais quand il pleut, il n'y a pas de taxi pour t'emmener à proximité d'un café ou d'un cinéma. Tu es coincé… Alors avec cette longue période de pluie, notre défi relationnel était encore plus difficile...

Alors... nous étions là... dans une pièce dont nous connaissions maintenant tous les détails possibles sur les tapis, les meubles et les murs, après avoir passé d'innombrables heures à être coincés là. La tension montait au rythme des secondes. Et soudain, la chanson sur laquelle nous étions en train de travailler, celle qui serait plus tard connu sous le nom de "Lavender Sky", fleurissait lentement sans même que nous nous en rendions compte, émergeant légèrement de toutes les autres platitudes avec lesquelles nous jonglions depuis des heures. Nous n'étions même pas près de réaliser qu'elle était là quelque part. Mais quand tu te sens pris au piège, tu ne peux faire aucune différence entre le bien et le mal, le sincère ou le générique. Tu ne vois que les étincelles potentielles pour enflammer l'endroit, et ce que j'appelais plus tôt la tension entre nous était maintenant devenu plus sombre que n'importe lequel des nuages que nous avions appris à maudire pendant les 10 derniers jours de pluie.

Quand ce genre de situation se produisait auparavant - et c'est arrivé souvent dans le passé, crois-moi - nous avions malheureusement tous tendance à retourner dans nos propres raisons personnelles et égoïstes, ce qui a exactement conduit à mettre Your Favorite Enemies sur pause juste deux ans avant ce moment précis. Il n'y a rien de magique et tu ne peux pas faire semblant pendant si longtemps. Alex me regardait depuis le coin de la pièce. Il n'avait pas l'air préoccupé. Je dirais qu'il avait l'air plus intrigué de voir comment tout cela allait se terminer. Nous sommes allés dans cette zone tellement de fois, mais cette fois-ci, c'était différent, et je savais que si Alex disait : "Ok les gars, je vous l'ai dit, j'en ai marre de ce non-sens, allez faire vos valises, vous retournez à Montréal, c'est fini", cette fois ce serait définitivement terminé...

J'étais stressé, je dois l'admettre. Je pensais que ce moment serait le dernier où Alex nous inviterait à Tanger, qu'il devrait revenir une semaine ou deux à la place pour que nous n'amenions pas notre toxicité dans sa nouvelle vie. Mais il avait insisté, ce qui m'avait rendu encore plus nerveux à l'époque, parce que je savais que ce serait sérieux, et ça l'était. Ça l'était plus que ce que je peux expliquer pour l'instant. Et nous étions là, Alex me regardait alors que les autres s'étaient lancés dans une guerre froide, notre histoire nous disant que c'était sur le point d'exploser pour de bon à ce moment précis. Et nous avons continué à avancer, épuisés, à creuser encore plus profondément pour atteindre quelque chose que nous ne pouvions même pas entendre à ce moment-là. J'avais l'impression d'entendre la musique qui jouait probablement lorsque le titanic a coulé, sans aucun des éléments potentiellement réconfortants...

La pluie avait dû cesser à un moment donné pendant l'orage qui se déroulait entre nous. Le ciel était incroyablement beau, l'un des plus beaux que j'aie jamais vu de toute ma vie. Alex semblait paisible, les yeux fermés et respirant lentement l'air frais de la mer porté par le vent. Il s'est tourné vers moi et a dit : "N'est-ce pas le plus beau ciel qu'on puisse voir dans le monde entier en ce moment ?" J'ai dû bafouiller quelque chose de semblable. Après environ 10 minutes à nous tenir là, paisibles et silencieux, Alex se tourna vers moi et dit : "Tu sais mon frère, c'est pour ça que je voulais que vous veniez tous ici, pour que nous puissions parler pour de vrai. Afin que nous puissions voir un ciel si merveilleux et sentir la légère touche de la mer se déposant sur notre visage. On ne peut pas réparer ce qui est cassé. Je ne cherche pas de réparation, Jeff. J'espère juste que nous pourrons voir ce que nous n'avons jamais voulu admettre avant, parce que si nous le faisons sincèrement, cela nous conduira à une renaissance, pas un genre de compromis en décidant de rester ensemble pour les enfants. Et si c'est la fin, alors qu'il en soit ainsi. Ce groupe n'est pas ce qui devrait nous définir, mais plutôt comment nous sommes prêts à nous recevoir ce soir." Il a souri. Et il est rentré à l'intérieur. Je suis resté un peu plus longtemps pour continuer de regarder ce ciel couleur lavande...

À suivre...

VIDÉOCLIP OFFICIEL

Je vais partager ce qui s'est passé ensuite le jeudi 3 décembre, juste après le Facebook Live avec Alex qui va tirer au sort les heureux nouveaux propriétaires du vinyle "Lavender Sky".

IMPORTANT : Le vinyle "Lavender Sky" sera disponible le lundi 30 novembre à partir de 10h, heure du Québec // 16h, heure de France, pendant 48 heures !

Entre temps, je t'invite à télécharger le EP si tu ne l'as pas encore fait !

Merci de prendre part à ce voyage incroyable avec nous !

Ton hôte et ami,
Jeff

Article précédent
Article suivant
Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique