TARIF FORFAITAIRE DE LIVRAISON DE 10€ SUR TOUTES LES COMMANDES EN TOUT TEMPS !

Standing Under Bright Lights

Standing Under Bright Lights

Standing Under Bright Lights se déroule environ 6 mois après la sortie du phénoménal premier album solo d'Alex Henry Foster, Windows in the Sky, qui a non seulement fait ses débuts en 3ème place du top 200 au Canada, juste derrière Imagine Dragons et Muse, mais qui est également resté dans le top 40 pendant un an après sa sortie initiale, remportant une nomination pour le meilleur album de l'année au Canada tout en étant acclamé internationalement et ajouté à plusieurs listes des meilleurs albums partout dans le monde.

Le succès critique et populaire de "Windows in the Sky" allait propulser à nouveau Foster à l'avant-garde de la musique canadienne, où il a occupé pendant environ une décennie le poste de chanteur principal du groupe de rock alternatif Your Favorite Enemies, avant de faire une pause au moment où Alex est parti pour Tanger pour pleurer son père décédé. Cette période de deuil, qui durera 2 ans, est devenue un voyage jusqu'au bout de son désespoir douloureux et c'est ce qui allait finalement inspirer et donner vie à son premier disque solo, immédiatement associé à ses pairs, entre autre Nick Cave, Sonic Youth, Mogwai et Godspeed You! Black Emperor.



Ayant systématiquement refusé toute forme de tournée ou d'événement public afin de garder le caractère intime de ses chansons à son état le plus pur, le vice-président du prestigieux Festival International de Jazz de Montréal, Laurent Saulnier, a néanmoins constamment demandé à Foster de rejoindre le programme du 40ème anniversaire en tant qu'événement principal en salle. Après des demandes répétées, Alex a finalement accepté l'invitation, à la seule condition qu'il ait le contrôle total de la production et carte blanche concernant la promotion - ce qu'ils étaient heureux d'accepter.

Le concert devait être un événement unique, un hommage au défunt père de Foster, décédé près de 5 ans auparavant, presque jour pour jour, pendant lequel l'album entier "Windows in the Sky" serait joué, accompagné pour l'occasion d'un groupe de 11 musiciens qui se produirait le long d'une projection de film produite par Foster. Également basé sur la vision de Foster, l'ingénieur lumière primé Pascal Boily a créé une installation scénique unique, offrant un univers immersif où la musique, les projections de films et la lumière coexistaient. Alex voulait que le public soit invité à plonger dans le moment plutôt que d'avoir la sensation d'assister à un concert.



Après avoir annoncé publiquement que son concert serait le seul qu'il ferait, en plus des rumeurs concernant ce qui serait une production scénique unique, l'événement est devenu l'une des très rares représentations à guichets fermés du festival depuis ses débuts, incitant la presse internationale à couvrir le concert et les fans du Japon, d'Allemagne, du Royaume-Uni, de France et des États-Unis à se rendre à Montréal pour l'occasion, devenant ainsi l'événement le plus couru de l'été à Montréal.

Ignorant la pression grandissante et les attentes démesurées qu'un tel battage médiatique crée généralement, Foster et son groupe de 10 musiciens allaient éclipser complètement toutes ces grandes attentes. Leur set, près de 2 heures et 30 minutes, est désormais considéré comme l'un des meilleurs concerts des 40 ans du Festival International de Jazz de Montréal, et a été cité comme l'un des meilleurs concerts de l'année. Mais plus important encore, pour Alex, l'expérience immersive dans laquelle il avait invité le public à se laisser aller avait été si singulièrement réussie qu'elle a établi une nouvelle norme dans l'engagement de l'expérience des fans.


En fait, la formidable implication émotionnelle du concert a pris une proportion tellement exaltante pour Foster qu'elle l'a amené à reconsidérer sa position concernant son appréhension que les chansons perdent leur sens émouvant et leur nature intime si elles étaient jouées trop de fois :

"Ma vision de préserver l’intégrité des chansons d'être jouées encore et encore était la tentative ultime d’un fils de garder en vie une partie de son père. Mais ce soir-là, j'ai réalisé que c'est une fois communié que chaque mot et chaque son a la capacité de grandir au-delà des émotions avec lesquelles ils ont été créés, les rendant en quelque sorte éternels... Mon père aussi. Par conséquent, le seul souci qui me reste maintenant est de savoir à quel point je suis prêt à affronter la peur de me retrouver seul soir après soir quand je le laisse aller, quand je n'ai plus de raisons de ne pas assumer qui je suis maintenant, me tenir sous des lumières vives, quoi que cela puisse révéler à moi-même et aux autres."

Initialement prévu pour sortir le 8 octobre 2020, à ce qui aurait été la date d’anniversaire de son père, Foster a décidé d'utiliser le temps supplémentaire que la pandémie mondiale lui donnait pour produire l'album "Standing Under Bright Lights", mettant de l'avant la chanson inédite "The Son of Hannah" avec Ben Lemelin, son partenaire créatif de longue date et coproducteur de "Windows in the Sky". Il a également décidé de travailler sur le film du concert et un livre à venir intitulé "If Only the Voices In My Head Couldn’t Lie" (Si seulement les voix dans ma tête ne pouvaient pas mentir), qui sortira plus tard au printemps 2021.

Article précédent
Article suivant
Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique