Ignorer et passer au contenu
Fermer (esc)

INFOLETTRE

Inscrivez-vous pour être informé des nouvelles sorties, préventes exclusives et éditions limitées et rééditions.

đź’ĄQ&A exclusif avec Alex Ă  propos de la nouvelle chanson

đź’ĄQ&A exclusif avec Alex Ă  propos de la nouvelle chanson

Salut,

J’espère que tu vas bien ! Nous sommes samedi après-midi à Montréal, où je suis sur le point d'atterrir dans moins de deux heures, suivant une semaine magnifique bien qu’épuisante à Dublin en Irlande. J’ai été invité pour la première fois à un événement appelé Ireland Music Week, où ils m’ont demandé de rencontrer tous les artistes qui se produisaient, deux sessions de trois heures, pour leur donner des conseils à propos des façons de faire pour atteindre leurs objectifs artistiques et de carrière, ainsi que leurs rêves. 

Une tâche fascinante, mais j’étais honoré et inspiré de parler d’art, de culture, de communauté et de l’âme des choses, plutôt que le nombre de clics, d’écoutes, de streams, et toutes ces métriques ennuyeuses, qui ne veulent absolument rien dire 99% du temps. Juste pour vous donner une petite idée… Quand David Geffen, une des plus grandes légendes et esprits de notre industrie, a décidé de lancer Nevermind de Nirvana, Geffen Records a fait presser seulement 100 000 albums, espérant et priant qu’ils les vendent tous. Personne ne croyait que ce groupe changerait le monde de la musique pour toujours et vendrait 30 millions d’albums à travers le monde ! Un autre exemple simple, puisque c’est amusant : Chris Blackwell de Island Records (U2, Bob Marley, Cat Stevens, PJ Harvey, etc) a refusé de signer Madonna, pensant qu’elle ne réussirait jamais et a presque laissé tomber U2 jusqu'à ce que son équipe le convainque de ne pas le faire...! 

Ce que je veux dire par là, c’est que l’industrie de la musique croit qu’elle sait ce qu’elle fait, mais c’est rarement le cas ! C’est comme le baseball : Ceux qui frappent la balle 3 fois sur 10 tentatives sont des superhéros, et s’ils répètent cet exploit année après année, ils finissent par devenir des légendes et membres du temple de la renommée !  

Sur une note complètement différente et plus excitante, c’était vraiment incroyable de voir les photos de tous vos packages partagées toute la semaine ! Merci à tous pour vos bons mots ! Alex et moi sommes ravis de savoir que vous appréciez le design, le vinyle, et la chanson si vous êtes membre New School ! La meilleure partie pour moi fut de lire les questions que vous m’avez envoyées à propos de la chanson !!! J’ai pensé que ce serait cool de les faire suivre à Alex et partager ses réponses avec vous tous aujourd’hui !!! 

Alors, avec Nevermind de Nirvana jouant plutôt fort dans mes oreilles, honorant le fait que parfois, et heureusement plus souvent qu’autrement, l’art et les artistes ont raison et sont les grands gagnants de tout cela, voici les réponses d’Alex à toutes vos questions ! Régale-toi !!!  

*****

Peux-tu nous partager le titre de ton album à venir ? 

Même si j’ai une perspective beaucoup plus claire sur la nature du projet à ce stade, je n’ai pas encore définitivement choisi le titre, tout particulièrement puisqu’il combine plusieurs éléments créatifs différents. Je sais que ce n’est pas véritablement une réponse… mais la réponse viendra très bientôt !  

 

Dans la dernière édition de ton journal, tu as mentionné “projet” et “album”. Y a-t-il une différence pour toi ?  


C’est vrai que ça peut être assez déroutant, même selon mes propres standards…! Je crois que la meilleure façon de l’expliquer serait de décrire pourquoi un “projet” et un “album” sont complètement différents pour moi en exposant ce qu’ils sont. 

Pour ceux qui connaissent les séries télé, un album constitue le scénario principal tandis qu’un projet s’apparente davantage à un spin-off. Et lorsqu’il s’agit de musique, je dirais qu’un album est comme “Daydream Nation” de Sonic Youth. Ce sont Kim, Thurston, Lee et Steve qui donnent vie à un ensemble d’oeuvres qui représentent un moment dans le temps créé par eux quatre, alors qu’un projet est ce qu’ils sortaient sur leur propre label SYR ; de la musique bruitiste (noise), expérimentale, et des collaborations improbables. J’espère que cela fait du sens et que vous n’êtes pas davantage confus à cause des terminologies !  

Alors, dans ce cas particulier, c’est un projet que j’ai créé avec Ben, qui est mon partenaire musical de création depuis — disons simplement toujours — et l’artiste japonaise du nom de Momoka, qui fut une collaboratrice de longue date sur presque toutes les aventures créatives auxquelles je donnais vie, depuis sa participation active à l’album “Between Illness and Migration” de Your Favorite Enemies en 2013… Wow… ! Il y a déjà 10 ans… Incroyable !  

J’envisageais de travailler avec Momoka depuis un bon moment, mais il ne semblait pas que le moment soit venu, ou que nos horaires respectifs permettent aux dispositions d’être propices à créer une œuvre d’art qui représenterait pleinement ce que j’avais en tête. C’est même devenu une sorte de blague pour Jeff, alors qu’à chaque fois qu’on me demandait de définir ce en quoi je souhaitais m’investir au niveau créatif pour les 18 à 24 mois à venir, je parlais toujours de ce qu’il appelle “PMM” - un raccourci pour “Projet de Momoka et moi”. Eh bien, peut-être que vous ne l’avez pas remarqué, mais je suis une personne plutôt persistante. Mes amis pourraient en parler pendant des jours… voire des semaines !  

Ainsi, en quelque sorte, ce PMM — ou devrais-je dire PMBM (Projet de Momoka, Ben & moi) — est devenu mon aventure antidépressive post-opératoire, quelque chose qui était si positif et lumineux que cela éloignerait ma noirceur incessante durant ce qui s’est avéré être une période prolongée, durant laquelle je savais que je serais hautement vulnérable à cette voix dévalorisante dans ma tête. Et ce fut le cas… et c’est pour cette raison que je suis si reconnaissant pour le soutien indéfectible de Momoka et de Ben et leur investissement entier dans ce qui était au départ une entreprise plutôt folle, pour le degré de patience qu’ils ont démontré pendant tout le processus alors que j’étais presqu’incapable de faire quoi que ce soit dans une journée au départ. Leur confiance résiliente dans mes idées folles (devrions-nous blâmer les médicaments ?) a non seulement défini l’essence actuelle du projet mais m’a permis de plonger en profondeur dans l’inconscience instinctive dont j’avais besoin pour incarner les émotions que je me savais incapable d’exprimer par moi-même. Ce fut un voyage incroyablement libérateur pour moi, à la fois en tant qu’artiste et en tant que personne. 

Lorsque tu dis que c’est une “sorte de bande sonore”, que veux-tu dire ? Y a-t-il véritablement un film impliqué ?

Oui, le projet va de paire avec un film immersif auquel Ben et moi avons donné vie, en utilisant les images que j’ai filmées partout à travers le Japon en 2010 pour un projet de film que je n’avais jamais eu l’opportunité de compléter avant le cycle album-tournée-album-tournée qui commençait avec Your Favorite Enemies peu de temps après. J’ai en quelque sorte redécouvert toutes ces images fascinantes et contemplatives, aux débuts de ma convalescence. Cela faisait environ une semaine que je n’étais pas retourné à la maison en Virginie à l’époque, et de regarder ces images m’a fait voyager au-delà de ma condition angoissante et cela m’a inspiré ce projet. C’est difficile de dire laquelle entre les images ou la musique a inspiré l’autre, d’autant plus qu’elles sont désormais si étroitement liées. La musique fleurit, donnant ainsi un sens aux images et vice versa. Puis les mots ont commencé à émerger de ce mouvement vivant. Et tout a commencé à devenir une entité spécifique à part entière… C’est à ce moment-là que j’ai su que c’était plus grand que moi, et ce quelle que soit la vision que j’en avais. C’était “ça” et “ça” est à ce jour encore impossible pour moi à expliquer en détail, alors que je découvre sa nature en ce moment. Mais je peux déjà entrevoir la bénédiction que cela génèrera lorsque le projet sera partagé avec vous tous, et c’est pour moi la partie la plus merveilleuse. 

 

Tu as mentionné dans ton journal que ce projet inclut 3 parties distinctes. Peux-tu être plus précis ? 

It might be more now… it grows as days go by!

C’est peut-être plus maintenant… ça grandit au fil des jours ! 

Mon idée de base était de produire un projet de type triptyque. Vous avez le film immersif d’un côté et les vidéos avec paroles réflectives d’un autre, se tenant les deux côte à côte, tout en étant articulés comme deux aspects d’une même entité vivante. Et ces deux éléments tiennent en place la musique et ses poésies comme étant la pièce maîtresse en leur sein. Simple, pas vrai ?

C’était un cadeau magnifique de ta part d’inclure un vinyle surprise dans le package d’abonnement. Pourquoi cette chanson et que signifie-t-elle ?   

Je suis heureux de savoir que vous avez aimé l’ajout dans le package de cette année ! C’est une œuvre d’art si merveilleuse, je ne pouvais pas résister. D’autant plus que je savais que vous seriez les seuls, non seulement à avoir ce vinyle spécifique, mais cette version alternative de la chanson également — ce n’est pas celle qui sera lancée avec le projet. J’aimais l’idée de vous offrir une perspective émotionnelle différente d’une chanson qui ferait partie d’un collage musical encore plus grand. De cette façon, vous êtes ceux qui définissez la toute première incarnation du sens de ce projet. Ce ne sont ni mes mots, ni même ma voix. C’est la vôtre et la vôtre seule. C'était l'intention derrière l'inclusion du vinyle ; que vous fermiez les yeux en laissant votre esprit fredonner pendant que vous l'écoutez. Voyons ça comme étant une sorte de karaoké spirituel…! ;)  

 

Est-ce un projet instrumental parce que tu ne peux toujours pas chanter Ă  ce jour ? Seras-tu en mesure de chanter Ă  nouveau ?

Il y a plusieurs manières de répondre à cette question, mais la façon la plus honnête est que, tout comme chaque voyage créatif dans lequel je me lance, c’est le voyage lui-même qui commence à dicter sa propre nature. Ce que je veux dire par là est que je vais le laisser grandir à partir du moment où je commencerai à percevoir ses couleurs après avoir instinctivement sculpté sa substance toujours invisible… C’est à ce moment qu’un projet devient une entité pour moi. Une fois que c’est le cas, je peux décider soit de m’y forcer, soit de le laisser grandir jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour que je puisse changer sa nature, à moins que je veuille détruire son épanouissement organique et finalement complètement tuer sa lumière radieuse dans son ensemble. La semence fut instrumentale, mais elle est devenue autre chose grâce à l’interprétation de mes paroles par Momoka, qui sont devenues siennes à s’approprier et à exprimer. C’était tellement “ça” que je ne voulais même pas tenter d’essayer d’y ajouter quoi que ce soit, de peur de ruiner une démonstration parfaite de sincérité émotionnelle. J'ai toujours été extrêmement ému par la voix profonde et fluide de Momoka, et d’être en studio pour m’y abandonner fut une bénédiction que j’ai rarement eu l’occasion d’expérimenter à travers des collaborations artistiques par le passé… Pas que je n’aie pas apprécié mes expériences par le passé, au contraire, j’ai aimé chacune d’entre elles. Mais cette fois-ci était pour moi en quelque sorte un cadeau intime que j'allais partager avec le monde. 

 

Et à propos de ta voix ? 

Pour ce qui est de ma voix, je serai en mesure de chanter à nouveau une fois que j’aurai passé à travers la prochaine phase de ma convalescence. Oui, il y a toujours une autre phrase dont personne ne m’a parlé au préalable. C’est comme une poupée russe. C’est toujours comme suit : “ Bonne nouvelle, Alex ! Oui, tu es prêt maintenant… Il n’y a que ce truc qui manque, et jusqu’à ce que tu l’aies, tu ne peux aller nulle part.” Cela me fait toujours espérer qu’il n’y aura pas de mauvaises nouvelles. Et lorsqu’il n’y en a pas, c’est une bonne nouvelle… Vous comprenez ? Alors je devrai intégrer des exercices vocaux légers pour retrouver mon endurance et ma force. Ça devrait être suivi d’un autre : “Bonne nouvelle, Alex ! Oui, tu es prêt, mais…” et encore et encore. C’est véritablement un processus. Et ça va de paire avec mon état pulmonaire, puisque j’ai également eu une greffe à ce niveau… Récemment, je suis encore aux prises avec des infections ultérieures, ce qui ralentit un peu tout le processus. Mais tout bien considéré, ma voix s’est grandement améliorée ces dernières semaines. J’y arrive. 

 

Quelle est la date de sortie envisagée pour le projet complet ?

Bonne question… je ne sais pas. Tout comme… je ne sais de quelle manière je le lancerai non plus. Morceau par morceau ? Tout d’un coup ? Je n’ai pas déterminé le tout jusqu’à maintenant. C’est tout un investissement personnel de ma part chaque fois que je partage un projet ou un album, et je n’ai pas beaucoup d’énergie normalement nécessaire pour pouvoir créer tout un mouvement de communion ou une campagne de presse globale, comme j’aime le faire. Donc je verrai comment ça va aller… Mais me connaissant, ça ne devrait pas être si lointain ;)   

 

Peux-tu partager des détails à propos de l’album de groupe auquel tu as récemment fait référence ? 

Pas vraiment… non ! ;)  

*****

Soyons bons les uns envers les autres !  

Ton hôte et ami,  
Jeff 

Article précédent
Article suivant

Panier

Votre panier est vide

Boutique