TARIF FORFAITAIRE DE LIVRAISON DE 10€ SUR TOUTES LES COMMANDES EN TOUT TEMPS !

Tel un flocon de neige unique, magnifique et terriblement éphémère - Tellement vrai !

Tel un flocon de neige unique, magnifique et terriblement éphémère - Tellement vrai !

J'espère que tu vas bien ! Je suis très heureux d'annoncer que les noms ci-dessous sont les chanceux qui ont été tirés au sort par Alex plus tôt aujourd'hui lors d'une session en direct sur Facebook, parmi toutes les personnes qui voulaient avoir la chance de se procurer l'un des derniers exemplaires de l'édition limitée et collector du vinyle lathe cut de "Snowflakes in July". Félicitations à tous ! C'est tout simplement incroyable de réaliser que c'est déjà la fin de ce merveilleux voyage.

Il n'y avait pas de meilleure façon de terminer cette incroyable série de vinyles de collection que d'être tous ensemble comme ce matin...! Je tenais à vous remercier encore une fois de nous avoir rejoints dans ce qui est bien plus qu’un simple voyage, mais qui est quelque chose auquel nous avons tous donné vie, avant de raffiner et de cultiver son essence qui est au-dessus et au-delà de tout ce que nous sommes, ensemble.

Pour Alex et moi, il s'agit toujours de trouver des moyens de simplement rassembler, partager et créer des moments mémorables et significatifs autour de nous et la musique est un pont parfait menant à ce terrain commun ! Et le thème de cette année “As Long as the Heart...” (Tant que le coeur...) ne peut pas être plus approprié à cette année 2020 absolument étrange et déroutante.

Encore une fois, je voulais te remercier non seulement pour ta participation à cette loterie spéciale vinyle vraiment unique, mais aussi pour avoir fait de tout le Club un "endroit" très spécial et familial auquel prendre part. Cela signifie beaucoup pour nous tous.

LA TOUTE FIN DE CE CHAPITRE

En regardant la vidéo de la prestation live que nous avons faite de "Snowflakes in July", dans le cadre des sessions Upper Room Studio le 26 juillet dernier, je ne peux m'empêcher de sentir les frissons parcourir mon corps à chaque fois que j'entends Alex hurler du plus profond de son âme : "Nous voulons tous nous sentir en vie !!!!!!" Cette phrase très simple venant de lui, avec tant d'honnêteté et de profondeur émotionnelle résonne encore en moi à un tel degré qu'elle est devenue plus qu'un simple souvenir... Je réalise l'implication de transformation qui se trouve dans une déclaration si profonde et sincère, dans une telle confession faite d'un abandon total. Cela a un effet transcendant qui ne peut pas t'empêcher de te libérer de tes propres limites.

C'était très beau et inspirant pour nous d'entendre Alex crier une telle chose... C'était particulièrement émouvant de se rendre compte que nous avons tous spontanément embrassé le pouvoir libérateur de ce moment non répété et totalement improvisé chacun à notre façon, nous libérant à tant de niveaux, personnellement mais aussi collectivement. Cela a également pris la forme d'une commémoration de notre propre voyage avec Alex, de la nuit où son père est mort dans ses bras, jusqu'à notre renaissance relationnelle. Crier avec Alex était aussi une façon pour nous d'exprimer notre reconnaissance d'avoir une autre chance d'être avec lui, un don de pardon qui nous permet à tous d'être plus proches que jamais auparavant... Ensemble alors que nous sommes environ à douze jours de passer enfin à 2021 ! C'est l'implication transformatrice d'être aux deux extrémités de l'amour. Tu apprends à le recevoir de la manière dont tu es déterminé à te donner.

Je sais que je n'ai pas arrêté de faire référence à la conversation qu'Alex et moi avons eue, mais quand tu es proche de perdre ton meilleur ami comme cela m'est arrivé, tu apprends à valoriser chaque instant le plus simple de la vie, parce que tu ne sais jamais quand il pourrait t'être enlevé... Mais il y a un échange très significatif qui t'aide à voir la valeur du moment présent... Et voir Alex crier ce jour-là m'a ramené à l'interview que j'ai faite avec lui après la sortie initiale de son album "Windows in the Sky" en novembre 2018, quand il ne cessait de réaffirmer qu'il ne voulait pas avoir de campagne promotionnelle, pas de pré-vente, pas de vidéo, pas d'interview sauf celle-là, rien de commercial. Il ne voulait tout simplement pas faire de son disque le cirque habituel dans lequel il se sentait piégé avec chaque nouvelle sortie de Your Favorite Enemies, dont le dernier album était déjà sorti 3 ans avant le premier album solo d'Alex. Il a dit : "Faisons un genre d'événement privé avant la sortie", un moment que j'ai déjà partagé avec vous lors de la sortie du vinyle lathe cut collector de "Shadows of Our Evening Tides", mais il ne voulait rien faire d'autre. Il a tout juste accepté d'avoir une interview filmée dans notre église-studio, lors de laquelle nous avons diffusé l'intégralité de son album via des "lyric videos", et il a accepté de répondre à quelques questions après... C'est tout.

Ces deux événements étaient censés être la seule chose que nous ferions. Alex était très catégorique à ce sujet. Cela resterait un peu une affaire de famille... C'était conçu pour être quelque chose d'intime, à tel point que quand son album est devenu 3ème dans les palmarès Billboard à sa sortie, Alex est parti en Virginie avec ses 2 chiens et a systématiquement refusé de faire des interviews. Je ne l'ai jamais vu aussi angoissé que quand il a dû affronter l'impact incroyable de son album, surtout qu'il avait tout fait pour éviter tout cela.

Nous avons fait les interviews vidéo en direct en anglais et en français, et comme l'album dure plus de 60 minutes, j'ai décidé de diviser les chansons pour les deux interviews, car évidemment, nous ne pouvions pas parler des huit deux fois après les séances d'écoute en direct. J'étais tellement nerveux... Interviewer Alex est un concept tellement intéressant, non seulement j'étais totalement conscient de sa fragilité à l'époque, mais je suis aussi son meilleur ami et partenaire dans vraiment tous les domaines depuis 2002, alors disons que cela a amené une réalité fascinante à ces conversations, d'autant plus que nous le savions tous les deux, une fois que quelqu'un dit : "Ok tout le monde, nous serons bientôt en direct, alors préparez-vous... Jeff tu dois regarder cette caméra pour l'intro, Alex ne te soucie d'aucun détail technique, nous nous occupons de tout", et quand tu es en direct, tu sais qu'il n'y a pas de retour en arrière, et notre conversation peut aller dans toutes les directions possibles, où les émotions de toutes sortes peuvent très facilement faire partie du moment, comme nous aimons tous les deux amener la conversation à une certaine profondeur.

Nous savions tous ce que nos fidèles amis et fans voulaient savoir, car ils avaient tous envoyé beaucoup de messages, d'amour et de soutien, ne souhaitant pas seulement qu'Alex se sente en sécurité, mais espérant également qu'il apporterait cette nouvelle musique sur la route... Question à laquelle Alex m'avait déjà répondu qu'il ne se sentait pas assez fort pour le faire. Donc il y avait des questions dont je connaissais les réponses, et d'autres auxquelles Alex ne voulait pas encore répondre. C'était très intense sur le plateau, et je savais qu'Alex voulait que l'interview soit authentique et légitime... pas un type d'événement où nous embellirions les choses. Nous avions même un plan de secours si Alex voulait arrêter l'interview à tout moment ou s'il devenait trop émotif pour continuer. Nous ne voulions pas transformer le tout en un freak show... Nous devions le protéger et respecter les gens qui se joindraient à nous pour quelque chose que nous savions tous serait incroyablement unique.

Alex était très calme, ce qui n'est jamais bon signe. Habituellement, il s'assure toujours de parler et d'encourager tous les membres de l'équipe de la production avant tout événement auquel il participe... Mais cette fois, il attendait sur sa chaise, avec ses 2 chiens, buvant du café en silence. Honnêtement, je me suis demandé si nous devions procéder à une interview après la séance d'écoute. Peut-être qu'il valait mieux laisser la musique parler vu à quel point tout cela m'apparaissait délicat. Ce n'était pas lourd ou quelque chose du genre, mais c'était poignant, alors j'ai demandé à Alex s'il était toujours d'accord avec l'idée et le concept dans son ensemble. Il était calme et a dit qu'il l'était.

Je savais aussi qu'il devait traverser tout ça. Le dilemme n'était pas s'il le devait, mais si le moment était venu de le faire. J'étais à l'arrière et je le regardais, et même si c'était tout sauf facile et en douceur, j'ai pensé que si nous pouvions avoir seulement 2 ou 3 questions posées, ce serait génial et ce serait tout. Mais il faudrait que ce soit les bonnes questions. Je ne pouvais pas faire les choses à moitié. J'ai combattu jusqu'à la dernière seconde avant d'être en direct. J'étais préparé plus que nécessaire, pour pouvoir faire face à toutes les situations. Je me suis dit : "Ok, reste cool... Ne va pas trop loin..." Mais comment parler de "Windows in the Sky" sans parler de son père, de son deuil et de son désespoir... Et connaissant Alex, cela aurait été un manque total de respect envers lui de rester superficiel, et honnêtement, je ne connaissais pas tout le spectre des émotions impliquées dans chaque mot et son... Je devais le faire... et le direct commençait… MAINTENANT !

Je n'avais pas réalisé à quelle vitesse cela avait été jusqu'à ce que j'entende le producteur de l'émission qui me montrait qu'il ne restait que 2 minutes avant la fin... Je me souviens m'être dit : "Oh, ça s'est bien passé, pas besoin de s'inquiéter"... Nous avons entendu : "Ok, c'était super ! Prenons une petite pause et nous allons préparer les caméras pour l'édition en français." Toutes les personnes présentes sur le plateau ont été très impressionnées par la solidité d'Alex dans les circonstances. Nous avons parlé de choses authentiques et l'interview semblait parfaite. Alex m'a assuré qu'il allait bien, que tout s'était très bien passé pour lui. J'ai pris un bref instant pour passer en revue les questions de l'édition française, ce qui est généralement plus cool à faire car c'est notre langue maternelle. La "glace" avait été brisée, ce qui avait diminué le niveau de stress pour tout le monde. J'étais particulièrement heureux que nous ayons pu partager à peu près tout ce qui avait conduit à l'écriture et à l'enregistrement de "Windows in the Sky", chose dont je n'étais absolument pas certain une heure avant l'émission.

Ravi de cette bonne atmosphère, j'ai commencé à revoir la version française de l'interview avec Alex. Je lui ai dit les grandes lignes de ce que j'aimerais aborder, pour la rendre un peu différente de la version anglaise et éviter toute répétition inutile de quelque chose que nous venions de faire et qui était déjà incroyable. Pas besoin de dupliquer, il suffisait de le vivre comme ça venait. Je lui ai dit : "Puisque nous n'avons pas parlé de la chanson "Snowflakes in July" lors de l'interview précédente, j'aimerais vraiment en savoir plus sur elle, de l'idée derrière le titre, les paroles, le scénario et les différentes couches qui rendent cette chanson très particulière…" J'aurais peut-être dû éviter de dire à Alex que je voulais aller dans cette direction... Mais je ne l'ai pas fait… pour des raisons que j'ignore...

5 - 4 - 3… C'est parti. NOUS SOMMES EN DIRECT à nouveau mais cette fois, en français, alors allons-y... Tout se passait assez bien, comme je m'y attendais, même si nous plongions dans quelque chose d'assez plus profond et de plus personnel alors que nous parlions d'un angle différent de ce qui avait conduit à la création de "Windows in the Sky", pourquoi il était parti à Tanger, les raisons derrière le fait qu'il était brisé, comment il avait trouvé la force et la volonté d'écrire ces textes…

Alex était visiblement épuisé à la fois émotionnellement et physiquement mais c'était presque fini... Nous avons parlé de chansons différentes, et tout allait bien, c'était honnête, sans filtre, sans prétention et invention... Et comme je savais à quel point c'était précieux pour tout le monde de voir et d'entendre Alex parler comme il le faisait, c'était fondamental pour moi de garder les choses simples mais vraies, pour que tout le monde puisse comprendre ce qui s'était passé avec Your Favorite Enemies, pourquoi un album solo, ce qui s'était passé pendant ces trois ans et ainsi de suite. C'est à ce moment-là que je me suis mis à hésiter quant à la façon de conclure cette interview. Est-ce que je devais m'arrêter là ou alors, devais-je poser une dernière question à propos de "Snowflakes in July" comme les gens me demandaient de le faire ?

Eh bien... J'ai opté pour l'option B ! Et j'ai posé une question à propos de  "Snowflakes in July", seulement pour voir dans les yeux d'Alex à quel point il se sentait pris au dépourvu. J'ai essayé de manœuvrer pour boucler le tout, mais c'était trop tard, Alex pleurait maintenant... Je me suis dit : "POURQUOI ES-TU ALLÉ TROP LOIN, C'ÉTAIT PARFAIT JUSQU'À PRÉSENT”... Je déteste voir mon meilleur ami pleurer, et c'est ce qui se passait... EN DIRECT... Je pouvais le voir essayer de reprendre son souffle, car il se battait clairement pour garder son sang-froid, pour retomber sur ses pieds, alors que je cherchais quelque chose pour essayer de détourner l'attention et tenter de "sauver" la situation d'un désastre complet. Mais il était un peu trop tard. Nous devions maintenant passer par là !

Alors que je paniquais complètement intérieurement, Alex a réussi à trouver juste assez de force pour répondre très calmement, dans un murmure presque inaudible : "Je ne veux pas parler de cette chanson à ce stade... Elle est trop personnelle et je ne suis pas prêt encore... Peut-être plus tard..." Puis il a souri légèrement. Il y avait une humilité incroyable en ce moment si pur. Cet instant très précis est resté longtemps dans ma mémoire, car j'ai toujours attendu qu'il soit prêt à en parler, et il ne l'a jamais fait. Mais j'espérais toujours qu'un tel moment viendrait à un moment donné...!

Ce jour est finalement arrivé après le concert que nous avons fait dans le cadre des sessions live du Upper Room Studio, qui ont eu lieu à peu près au même endroit où je lui ai posé cette question deux ans auparavant ! Me voici donc à nouveau, le 26 juillet 2020, juste après une prestation live très poignante et émouvante de "Snowflakes in July" avec tout le groupe, lui demandant s'il aimerait faire une courte interview exclusive pour les membres du Club... Il était calme... Je veux dire, nous venions de faire un concert d'une heure, suivi d'une interview sur le plateau, donc je ne voulais pas avoir l'air de vouloir plus de presse alors qu'il avait déjà été si généreux, mais je voulais savoir quelque chose :

“Qu'est-ce qui t'a amené à crier cette phrase étonnante et inspirante à la fin de la chanson "Snowflakes in July" ? Tu as crié : "We All Want To Feel Alive!" (Nous voulons tous nous sentir en vie !) Cela n'a jamais été prévu ni même mentionné avant. Peux-tu partager ce qui s'est passé ?”

“C'est difficile de comprendre la nature la plus profonde du cœur... L’essence humaine est si fluide qu’il est presque impossible de comprendre les émotions que nous vivons. Nous sommes le produit de moments, d'éclairs et d'aperçus, de paradoxes et de contradictions, de décisions et de déni, de lâcher prise et de résilience, autant que nous sommes remplis de nos propres mesures d'illusions et d'imagination, de vérités qui nous sont propres et de rêves, semblables à des fantasmes, dans lesquels nous avons tendance à nous cacher…”

Suivi par : “Les sentiments humains sont aussi complexes qu'ils sont parfois absolument stupéfiants et répugnants. Certains aiment rester les spectateurs de leur propre vie tandis que d’autres aiment dicter l’existence d’autrui. Nous essayons tous de trouver un équilibre dans tout cela, et comme la musique est si intrinsèquement spirituelle et intime, mais vécue et incarnée collectivement, c’est pourquoi c’est la forme d’expression la plus fascinante pour moi. C’est comme un flocon de neige, d’une beauté unique et terriblement éphémère…” C'est tellement vrai !

Nous n'en avons pas vraiment parlé par la suite, peut-être que nous le ferons à une autre occasion. D’autant plus que je sais que sa transformation, ainsi que la nôtre, ne fait que commencer...

SÉRIE D'ENTREVUES EN DIRECT - NOVEMBRE 2018

Je voudrais te souhaiter de très joyeuses fêtes de fin d'année, alors que nous arrivons enfin à la fin de 2020 ! Que ton cœur soit rempli d'amour, de joie, de paix et surtout d'espoir ! J'ai vraiment hâte de te dévoiler ce que nous avons à partager avec toi en 2021, ce ne sera rien de moins qu'extraordinaire !

Je publierai quelques photos de nos célébrations avec le groupe ici, chez Alex, en Virginie, où nous lèverons volontiers nos verres à ce qui compte le plus pour nous; la vie et sa puissance qui nous réunit !

Merci encore pour cette année incroyable que nous avons eu la magnifique bénédiction de partager avec toi. Les folles circonstances dans lesquelles tout s'est passé ne diminuent en rien sa nature merveilleuse. Au contraire, notre connexion spéciale nous a tous aidé à traverser cette période déroutante et pénible tous ensemble ! À très bientôt !!!

Prends soin de toi !!!!

Ton hôte et ami,
Jeff

Article précédent
Article suivant
Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique